L’dernière carette d’carbon… - R. Cuvelier 30

Ce matin, les Hellemmois n’entendrons plus la familière trompette de cuivre d’Henri Lefebvre, le marchand de charbon de la rue Faidherbe.

Partager sur :

Google+

Non pas que les puits soient définitivement épuisés ni même les foyers définitivement éteints ou convertis au gaz ou au fuel… mais simplement qu’Henri Lefebvre a décidé de prendre sa retraite et de fermer son commerce que malheureusement personne ne reprendra.
La modernisation des chauffages et la réhabilitation ont eu raison de ce négoce qui débuta avec le père d’Henri Lefbvre au lendemain de la première Guerre mondiale. Comme Roland Cuvelier l’a représenté dans cet hommage en forme de dessin, à cette époque la “ carette d’carbon ” était tirée par un “ bourin ” qui de temps en temps croquait une salade à la devanture d’un marchand de quatre saisons.
Ancien cheminot, Henri Lefebvre père (puisqu’à cette époque les prénoms étaient héréditaires aussi) avait choisi cette profession pour mieux se consacrer à l’élevage de “ coqs à battre ”. Mais les gallodromes ont eux aussi disparu pour le plus grand plaisir des amis des bêtes mais pour le plus grand désarroi des nostalgiques de folklore. A ce temps là raconte Henri Lefebvre, les samedis de quinzaine, nous faisions des tournées de vingt tonnes, c’est à dire qu’il fallait manipuler quatre cents sacs de cinquante kilos, qu’il fallait descendre dans des caves glacées le corps en sueur ou grimper des étages.
Ce n’était pas un métier facile. Il n’y avait que peu de volontaires et Henri Lefebvre se souvient de nombreux demandeur d’emploi qui ont fui en voyant les conditions de travail, rebuté en particulier par la saleté du charbon. Mais la plus grande nostalgie d’Henri, c’était son compagnon d’il y a trente ans : son cheval Robert, un gris rouan très farceur qui mangeait la salade à l’étal des marchands et enlevait les casquettes de la tête des passants. Toutes ces scènes que Mr et Mme Lefebvre regrettent de n’avoir ,pas filmées car le cinéma amateur était leur violon d’ingres.

Texte : La voix du Nord - Dessin : R. Cuvelier



Lire aussi

Accord parfait pour fêter Sainte Cécile ! - R. Cuvelier 48Culture

La musique, c’est bien sûr celle que l’on peut entendre sur France Musique ou au festival de Lille ; c’est la “ grande ” musique ! Mais la musique...

Voir
Brûle-Maison à Tourcoing - R. Cuvelier 49Culture

Le chansonnier “ BrûleMaison ” exerçait sa satire surtout aux dépens des Tourquennois. 

Voir
Dernière publication - R. Cuvelier 50Culture

Roland Cuvelier nous a laissé une oeuvre très riche mais tarissable.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer