Louis XIV et Tartuffe au siège de Lille - R. Cuvelier 36

Le 24 mai 1667, sans déclaration de guerre, Louis XIV, à la tête de 50.000 hommes, fait la conquête des Flandres. 

Partager sur :

Google+

Armentières est prise en juin et Tournai en juillet. En août, Turenne campe à Fives et Humières à Hellemmes. Le roi assiège Lille, qui tombera le 27. C’est à son camp de Fives que Louis XIV reçoit, le 11, les comédiens français venus lui demander de lever la censure de Tartuffe. Il leur fit transmettre une promesse assez vague, peut-être pour se donner le temps de la réflexion. C’est que Tartuffe avait déchainés les colères : “ Molière mérite, par cet attentat sacrilège, un dernier supplice exemplaire, et le feu même, avant coureur de celui de l’enfer, pour un crime si grief de lèse-Majesté ”, écrit le curé Pierre Roulé. L’archevêque de Paris défend à toute personne de représenter, lire ou entendre réciter Tartuffe sous peine d’excommunication.

Deux siècles plus tard, Napoléon dira : “ si la pièce eut été faite de mon temps, je n’en aurais pas permis la représentation ”.

Le août 1667, Molière s’était hasardé à jouer au Palais Royal une nouvelle version de sa pièce : Panulfe ou l’imposteur. Le roi avait, parait-il, donné son autorisation avant son départ. La recette fut énorme mais le lendemain, le premier président du Parlement, Lamoignon, interdit toute nouvelle représentation. Tartuffe fut ainsi longtemps frappé par la censure, mais de toutes les pièces classiques, c’est celle qui fut finalement la plus jouée.



Lire aussi

Accord parfait pour fêter Sainte Cécile ! - R. Cuvelier 48Culture

La musique, c’est bien sûr celle que l’on peut entendre sur France Musique ou au festival de Lille ; c’est la “ grande ” musique ! Mais la musique...

Voir
Brûle-Maison à Tourcoing - R. Cuvelier 49Culture

Le chansonnier “ BrûleMaison ” exerçait sa satire surtout aux dépens des Tourquennois. 

Voir
Dernière publication - R. Cuvelier 50Culture

Roland Cuvelier nous a laissé une oeuvre très riche mais tarissable.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer