1884, naissance de Charlemagne Broutin - R. Cuvelier 11

En 1884 voyait le jour à Hellemmes, Charlemagne Broutin qui exerça plus tard le métier d’ajusteur aux ateliers du Chemin de Fer.

Partager sur :

Google+

Mais c’est par son activité syndicale que devint illustre ce fi ls de la ville ouvrière. Il fut en effet le fondateur de premier syndicat chrétien aux ateliers d’Hellemmes et secrétaire de l’Union générale des syndicats libres du Nord. Il est décédé en 1963.

Roland Cuvelier a retracé à sa façon l’ambiance qui entoura ces divers événements et dont peu d’Hellemmois se souviennent encore…

Au début du XXe siècle règne une sorte de guerre civile entre les catholiques et les anticléricaux. 

Depuis 1880, les gouvernements multiplient les mesures anticléricales : expulsion des jésuites, dissolution des congrégations.
En 1900, 5.000 religieux sont contraints de chercher refuge à l’étranger. En 1903, 10.000 écoles catholiques seront fermées.
En 1905, le chef du gouvernement Emile Combes fait voter la loi de séparation de l’église et de l’état. A gauche, le parti ouvrier français créé par le Député du Nord Jules Guesde reproche à l’église de prêcher la résignation des exploités et de préférer la charité à la justice. Le curé d’Hellemmes Paul Six qui a déjà fondé un syndicat à Tourcoing avec le tisserand Jules Decoppman, dialogue avec les Rouges dans des réunions publiques et contradictoires à “ l’Alliance ”. Malgré la double hostilité du patronat de choc et des syndicats marxistes, Charlemagne Broutin forme en 1912 le premier syndicat chrétien.
Mais l’avènement du pape Pie X avec ses condamnations du modernisme et du “ Sillon ” ralentira l’émergence des chrétiens sociaux. L’abbé Six sera même éloigné d’Hellemmes par la hiérarchie épiscopale. Après la première Guerre Mondiale, Pie XI favorisera l’action sociale des catholiques. 1919 voit l’éclosion de la CFTC. L’évêque Achille Liénard soutiendra avec elle les grévistes d’Halluin et la CGT. On tentera de le limoger, mais Pie XI le nommera Cardinal et le maintiendra dans son évêché.
En 1925, Cardijin lance la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne). Il dira “ l’âme d’un jeune ouvrier vaut plus que tout l’or du monde ”. 
En 1926, Pie XI condamne l’Action Française et le fascisme en 1931.
En 1935, Maurice Thorez, Député du Nord et secrétaire du parti communiste, tend la main à la JOC et aux catholiques. La SFIO refusera l’entrée des Jocistes dans le Front Populaire mais après la 2ème Guerre Mondiale, les chrétiens sociaux rentreront dans les rangs socialistes et ce sera la percée de la CFDT.

“L’Inter et le Pater”

Pendant que se déroulait la procession (parc Bocquet), les rouges chantaient l’Internationale de l’autre côté du mur (rue Marceau) ; un lieu témoin de ces moments épiques de la vie hellemmoise du début du XXe siècle.

Texte : La Voix du Nord - Dessin : R. Cuvelier



Lire aussi

Fauteuils Eldorado - Sinkié - un jour, une oeuvre, un artiste 10Culture

Aujourd'hui, Sinkié nous fait re-découvrir ses fauteuils Eldorado, créés pour la dernière édition de Lille3000...

Voir
Kassandre avec Sans queue ni tête - Tête de violon, queue de poisson - un jour, une oeuvre, un artiste 6Culture

La série de l'Inventaire sur Camille Gallard continue...Aujourd'hui, Kassandre avec Sans queue ni tête - Tête de violon, queue de poisson, une œuv...

Voir
Nicole avec Rocher - un jour, une oeuvre, un artiste 8Culture

Aujourd'hui, Nicole avec Rocher, une des photographies de la série Extérieur, une œuvre de d’Hélène Charpiot, photographiée par Camille Gallard.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer