La vieille bourse en danger - R. Cuvelier 42

La Vieille Bourse de Lille, nommée ainsi depuis la construction de la Chambre de Commerce et d’Industrie dans les années 1910, est sans conteste le monument le plus prestigieux de la ville de Lille.

Partager sur :

Google+

Située entre la Grand’Place et la Place du Théâtre, elle est l’un des témoins de l’intense activité économique qui se déroulait à Lille durant le Grand Siècle. Elle a été classée monument historique en 1921. 

Le bâtiment, quadrangulaire, est en fait un emboîtement de 24 demeures identiques qui renferment ce que l’on nomme la Cour intérieure, lieu où bouquinistes, fleuristes, joueurs d’échecs, flâneurs et touristes se donnent rendez-vous. Souvent comparée à un “ vieux buffet flamand ” ou encore à une pièce montée baroque, la Vieille Bourse est l’un des plus authentiques trésors de Lille. Mais ce trésor s’en allait insensiblement en poussières. Les frontons triangulaires ou arrondis étaient minés par le temps. Les pilastres à bossages et à tambours étaient rongés par une insidieuse lèpre. Les médaillons, les cornes d’abondance, les guirlandes de fruits et de fleurs s’effaçaient peu à peu. Quant aux délicieuses cariatides, leurs sourires s’éteignaient au fil des mois. Et la maladie de la pierre leur avait les yeux cavés. Les atlantes étaient logés à la même et triste enseigne (il est possible, à ce propos, que les nettoyages soient, en partie, responsable de ces terribles dégâts et que le traitement n’était peut-être pas approprié).

Il était plus que temps, en somme, de prendre les mesures qui s’imposaient pour sauver le précieux monument de Julien Destrez. Jamais, en dehors de l’Hospice Comtesse, la ville ne s’était jusque là sérieusement attelée à la mise en valeur d’un patrimoine architectural que bon nombre de cités peuvent nous envier. Le bâtiment, déjà restauré au XIXe siècle, a ainsi bénéficié d’un nouveau programme de restauration entre 1989 et 1998 (association Mécénat) et a pu retrouver tout son éclat. Pour rappeler leur intervention dans cette restauration, les grandes entreprises régionales ont tenu à faire ériger leur blason sur les cartouches surplombant les fenêtres supérieures du monument.

Ce péril qui menaçait la Vieille Bourse a inspiré à notre dessinateur, une vision apocalyptique que chacun appréciera.

Texte : La voix du Nord - Dessin R. Cuvelier



Lire aussi

« Autoportraits confinés » de Alain Thirel - Jusaqu'au 30 juinCulture

Prévue en février, puis en avril, c'est finalement du 12 au 30 juin 2021 à la galerie SAGA que pourra être accrochée cette expo-photo "Autoportrai...

Voir
Ecole de Musique - Reprise des cours - 19/5Culture

Conformément aux directives gouvernementales concernant les mesures sanitaires, l'Ecole de musique peut ouvrir à nouveau à partir du 19 mai pour l...

Voir
Réouverture de l'Inventaire - ArtothèqueCulture

Conformément aux directives gouvernementales concernant les mesures sanitaires, l'Inventaire, artothèque peut réouvrir ses portes pour ses exposit...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer