Un Marteau-pilon traverse la rue Chanzy - R. Cuvelier 35

Roland Cuvelier a ici reconstitué d’après des témoignages, l’utilisation du marteau-pilon de l’usine de Fives.

Partager sur :

Google+

L’écourcheu (tablier protecteur en cuir) noué autour des reins, le forgeron contrôle avec ses tenailles la pièce attelée au vireur (le plan et la chaîne en 8), lui-même fixé à la potence col de cygne. Le marteleur observe, à travers les jambages du marteau-pilon, le forgeage de la pièce.

Le Conseil consultatif en a décidé ainsi : Symbole de ce haut lieu de la métallurgie à cheval sur Hellemmes et Fives et mémoire de notre passé industriel, le marteau-pilon géant qui a cessé de fonctionner dans les forges de l’usine de Fives, a traversé la rue Chanzy pour être érigé au centre du square de l’Internationale où il demeure visible, en lieu et place d’un foyer des jeunes parti en fumée quelques années plus tôt. Ainsi transformé en monument à la gloire du passé de la cité, il rouillera lentement pour l’édification des jeunes générations, au milieu d’un écrin de verdure. Il en coûta 250.000 francs pour opérer ce transfert et installer le monstre d’acier dans son lieu de repos éternel.

Notre dessinateur a croqué la scène du travail au temps de la splendeur du marteau-pilon. Cette machine géante a formé dans ses bras puissants des milliers de pièces d’acier. L’usine de Fives a en effet fourni les immenses marchés de l’expansion industrielle et, en particulier, celui de la construction des chemins de fer.

Texte : La voix du Nord - Dessin : R. Cuvelier



Lire aussi

Et vous, vous le vivez comment, ce confinement ? - L'inventaire artothèque - Jour 5Culture

En écho à cette période particulière qui nous invite à rester chez nous avec la maison comme principal horizon, l’artothèque l’Inventaire propose...

Voir
Histoire d'en lire - 19/4Enfance et famille

Au même instant... De Hellemmes à Strasbourg...

Voir
Histoire d'en lire - 20/4Enfance et famille

Clotilde Perrin, ce sont les enfants qui en parlent le mieux !

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer